Autorité parentale : Oser dire non à son enfant

Éduquer, c’est oser dire non à son enfant. En réalité, les parents doivent apprendre à rester ferme. Cela implique la tentation de céder ou ne pas poser des limites à nos enfants. Cela vient de l’idée de les frustrer, de jouer le rôle du méchant ou d’éviter un conflit !

Qui s’y pique, grandit !

En pratique, en matière d’éducation, la frustration est indispensable. D’une part, le fait de céder, c’est comme lancer un individu sans qu’il sache conduire dans une voiture dans l’obscurité de la nuit et sans éclairage. D’autre part, ces désaccords existent toujours dans la vie, et les parents sont invités à en assumer, par exemple le fait de ne pas céder aux caprices.

L’on a besoin que le non soit non. Pourtant, les interdits et les refus qu’imposent les parents doivent avoir un sens pour qu’ils soient compréhensibles très vite. De plus, cela permet d’éviter de tomber dans une rigidité aveugle. Pour les parents, l’essentiel, c’est de trouver le juste équilibre entre le trop d’interdits et le pas assez !

Éduquer, c’est oser dire non !

Il ne faut pas oublier que les interdits constituent pour les enfants des points de repère qui font comprendre ce qui est acceptable ou non. Les repères sont bénéfiques ; normalement, cela doit commencer dès le plus jeune âge ! Notamment, au moment où les parents imposent les règles de sécurité et celles de la vie sociale et familiale. Comme remarque, le fait de poser des limites doit être senti comme infranchissable aux yeux de vos enfants. Si l’on fait référence au temps de nos grands-parents, l’on constate que quand les parents disaient non, c’était non. L’on pouvait même entendre une mouche voler dans certains foyers. La sévérité était là, aucune question n’était permise. Tout cela était du temps révolu. De notre temps, l’autorité des parents doit porter ses fruits. C’est-à-dire l’éducation par le non doit être indispensable pour bien éduquer les enfants. Dans toutes les situations et dans tous les cas, une bonne éducation commence par fixer des limites, il ne faut pas oublier qu’autorité et amour sont complémentaires. Grâce aux interdits, l’enfant se sent de plus en plus aimé et protégé ! En fait imposer des règles de bonne conduite demeure un moyen permettant d’être aimé. En cas de dépassement des limites, la communication est indispensable, les parents doivent apporter des explications sur les raisons de la punition…

L’état d’anxiété impacte négativement le psychisme de l’enfant et le handicap à l’école et lorsqu’il essaye de faire d’autres activités.