Comment se faire obéir ?

Il est souvent délicat de se faire obéir, sans avoir haussé le ton lorsque votre enfant témoigne de la mauvaise volonté à faire ce que vous lui demandez. Le mieux, c’est de se faire obéir sans crier, en parlant d’une manière factuelle et précise ce que vous l’attendez de lui.

Se faire obéir : c’est aider l’enfant à être plus sage

Voici les questions qui reviennent les plus souvent aux esprits des parents pour y parvenir, que faire pour se faire obéir ? Quelles sont les manières efficaces pour calmer l’enfant lorsqu’on lui impose de se calmer ? Comment se faire obéir sans crier pour qu’il arrête son caprice… ? Vous découvrez dans la suite de l’article, des conseils pratiques et utiles pour se faire obéir sans crier !

Idée sur les différentes astuces pour se faire obéir sans crier !

Ce que vous devez faire en premier lieu pour se faire obéir sans crier, c’est d’adopter un environnement à votre enfant pour qu’il ne commette pas de mal ! En réalité, il est difficile, par exemple, de demander à un enfant de moins de cinq ans, compte tenu de son âge, ou de lui hausser la voix, de ne pas mettre les pieds sur le canapé ou le fauteuil ! L’on peut prend par exemple le cas d’une mère qui se grogne parce qu’en rentrant de l’école, son enfant étale ses affaires partout dans le salon. Pour l’un ou l’autre cas, il est conseillé de garder un vieux canapé, plus adapté à son âge et y mettre un plaid. De plus, mettez à la disposition de votre enfant un porte-manteau dans lequel il met ses affaires. Pour éviter les conflits, mettez à la portée de votre enfant la brosse à dents et le gant de toilette, et cela, pour qu’il puisse réaliser les choses d’une manière autonome !

Tout cela dit, pour éviter de crier, mais se faire obéir, les parents doivent faire attention à la fatigue de leurs enfants. Le fait de prendre un week-end en famille toutes les huit semaines est utile, au cours duquel, vous ne faites pas des courses, c’est un moyen efficace de récupérer ! En matière de communication avec votre enfant, les parents font en sorte d’utiliser le je au lieu de tu. Le fait de s’exprimer avec le je évite l’agressivité et toute sorte d’accusation ou de comparaison avec d’autres personnes.

L’état d’anxiété impacte négativement le psychisme de l’enfant et le handicap à l’école et lorsqu’il essaye de faire d’autres activités.