Comment se conduire quand on a un enfant hyperactif ?

Si on a un enfant qui a du mal à s’intégrer dans le processus scolaire, qui n’écoute pas en classe et qui dissiper au point de déranger ses petits camarades, l’inquiétude est grande. On sait que nombreux de ses enfants souffrent du trouble de déficit d’attention qui peut être accompagné d’hyperactivité et d’impulsivité. Qu’est-ce que le trouble de déficit d’attention ? Comment le traiter ? Comment se conduire quand on a un enfant hyperactif ?

 Qu’est-ce que le trouble de déficit d’attention ?

 L’hyperactivité est un trouble neurologique lié au comportement et au développement psychologique de l’enfant. Ça peut être un véritable obstacle à la socialisation, à l’apprentissage et au bien-être d’un enfant surtout lorsqu’il est constamment puni et isolé des autres à cause de ses difficultés. L’hyperactivité est un symptôme que l’on peut retrouver dans le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), c’est le trouble comportemental le plus fréquent chez les enfants et les adolescents. (Enfant agité, turbulent, impulsif, distrait, qui ne tienne pas en place, qui a du mal à être attentif trop longtemps), mais également dans l’anxiété de l’enfant, dans la dépression, dans la conséquence des pratiques éducatives inadaptée ou à l’inverse ; beaucoup trop contraignante ou chez des enfants qui présentent un haut potentiel.www.psychologie-enfant.com

Ces enfants souffrent aussi dans la vie sociale. Ils sont mal acceptés par leurs camarades, leurs éducateurs et leurs parents. On les considère souvent qu’ils ont un mauvais caractère. Les émotions des enfants hyperactifs que ce soient positives ou négatives leurs sont très susceptibles qu’ils puissent réagir violemment aux critiques, moqueries et rejet des autres. Ils souffrent de leurs échecs, cette souffrance a un impact dans leurs réactions comportementales. Ils perdent confiance en eux.

Traitements de l’hyperactivité

Un enfant qui bouge n’est pas forcement hyperactif avec un déficit de l’attention. On distingue deux grandes causes de l’hyperactivité chez l’enfant : le traumatisme précoce et le milieu familial dans lequel l’enfant se développe. Mais il y a aussi : – les antécédents familiaux : hérédité, – des facteurs néonatals, — un dysfonctionnement cérébral, — une déficience dans leur capacité à stocker le fer.

Les spécialistes observent neuf symptômes et l’enfant doit montrer 6 symptômes sur une période minimale de 6 mois et certains doivent apparaitre avant l’âge de 7 ans. Environ 5 % des enfants souffrent du déficit d’attention à des niveaux divers, l’hypothèse la plus acceptée pour expliquer ce trouble c’est le retard du développement du cerveau et ça touche quatre fois plus les garçons que les filles.

Certains médicaments peuvent jouer un rôle important pour réduire ces difficultés, pour améliorer le contrôle de son impulsivité, sa capacité de concentration pour réduire son agitation par exemple. Mais la prise de médicament doit être toutefois suivie de près afin de dépister les effets secondaires et afin d’être réajustée aux besoins. Ces effets sont aussi temporaires, la médication doit être accompagnée d’intervention éducative pour soutenir les progrès de l’enfant et développer ses habiletés surtout dans le cas où s’ajoutent des troubles d’apprentissage, les parents devraient alors consulter un professionnel. Le renforcement systématique des comportements positifs et le recours à des conséquences négatives suite aux mauvais comportements donnent de bons résultats. Ces interventions doivent cependant être intensives et de longue durée pour être efficace. Elles doivent idéalement être appliquées dans les différents milieux de vie de l’enfant.

 

Comment donc se conduire quand on a un enfant hyperactif ?

 

Les parents d’enfants souffrants de la TDAH rencontrent des difficultés. Ils se sentent coupables de la situation de son enfant, ils se disent que c’est de leurs fautes, ils ne savent pas éduquer et l’école leur dit la même chose, leur tient le même discours. Les parents ont donc un sentiment d’incompétence en tant que parent et que le parcours est pour eux très long, pendant ce temps-là l’enfant est en échec et en souffrance qui se gradue et qui s’augmente de la culpabilité de ne pas être à la hauteur.

Pour les parents, bien comprendre le trouble permet de mieux interagir au quotidien avec leur enfant. Apprendre à contrôler les émotions négatives et sortir de cette culpabilité qui leur colle un peu à la peau et puis d’avoir des réponses très adaptées.

Astuces

Si l’hyperactivité, l’impulsivité, l’inattention semblent difficiles à gérer dans le quotidien, voici quelques pistes : prises dans son activité, l’enfant semble ne pas entendre, utiliser la méthode : « stop, listen, and go » ; stopper le dans son activité, attirer son attention et expliquer lui votre demande puis encourager le et inciter le à agir. Si l’enfant fait des colères ? Utiliser le Time out ; c’est l’idée à s’isoler pour qu’il puisse s’apaiser. Si on souhaite que certains comportements psychologiques de l’enfant change, utiliser les feuilles de route et récompenser le à chaque objectif atteint, si l’enfant ne sait pas s’organiser, il est éparpillé, il n’est jamais dans le temps, utiliser l’horloge visuelle comme le time-timer pour l’aider à gérer son temps, s’il est anxieux, utiliser un emploi du temps personnalisable, il permettra de le rassurer ou d’anticiper les changements plus sereinement.

Garder en tête que les problèmes ne vient pas de l’enfant, mais de son TDAH.

L’état d’anxiété impacte négativement le psychisme de l’enfant et le handicap à l’école et lorsqu’il essaye de faire d’autres activités.