Quels sont les 10 règles de la méthode montessori ?

Maria Montessori manque à beaucoup de gens. Mais en plus de cela, elle a également été la première femme à obtenir un diplôme de médecine en Italie, ainsi qu’une philosophe, une pédagogue, une éducatrice et une bénévole. Célèbre pour avoir créé la méthode de publication qui porte son nom. Elle a fortement influencé l’approche pédagogique au sein des écoles et malgré son âge de plus de 100 ans, elle est encore appliquée à la lettre dans de nombreuses écoles : écoles Montessori.

Quel est l’objectif de la méthode Montessori ?

 Le but de cette approche n’est pas seulement d’éduquer pour transmettre la culture, en introduisant des informations et des notions disciplinaires comme dans l’école traditionnelle. L’objectif est plutôt de faire ressortir le potentiel que possède chaque individu, de s’exprimer de la meilleure façon possible dans toutes les expressions de la vie et tout au long de son parcours. Tous les modes d’apprentissage Montessori visent donc non seulement les résultats scolaires, mais aussi l’apprentissage de l’amour de l’apprentissage lui-même, sous toutes ses formes, circonstances et phases de la vie. Cela équivaut non seulement à aimer l’étude et la connaissance en soi. La culture qui en résulte est plus intense et plus profonde, et, et les bons résultats scolaires obtenus n’en sont qu’un des effets. Il existe souvent des idées très intéressantes dans cette méthode, à partir de ce décalogue dans lequel les parents peuvent aussi trouver de bonnes idées pour apprendre à respecter davantage nos enfants et leurs besoins. Considérez cependant que ces règles ont été rédigées à titre indicatif pour les éducateurs dans les écoles afin que les parents ne les prennent pas trop au pied de la lettre, par exemple, le point 1 I, en tant que mère, l’interprète comme cesser de toucher et épargner l’enfant s’il montre de la gêne et n’en a pas envie.

Les 10 règles d’or de la méthode Montessori

– Ne touchez jamais un enfant à moins qu’il ne vous y ait pas invité.

– Ne parlez jamais de l’enfant en sa présence ou en son absence.

– Se concentrer sur le renforcement et l’aide au développement de ce qui est positif chez l’enfant : ses mérites et ses talents afin que sa présence laisse de moins en moins de place aux défauts.

– Être actif dans la préparation de l’environnement. Prenez-en soin méticuleusement et constamment. Aidez l’enfant à établir des relations positives avec lui. Montrez le bon endroit où les matériaux de développement sont stockés et expliquez leur bon usage.

– Être toujours prêt à répondre à l’appel de l’enfant qui a besoin de vous et toujours écouter et répondre à l’enfant qui vous appelle.

– Respecter l’enfant qui fait une erreur et qui peut tôt ou tard se corriger, mais cesser immédiatement et fermement toute utilisation abusive de l’environnement et toute action qui met en danger l’enfant, son développement ou d’autres personnes.

– Respecter l’enfant qui se repose ou regarde les autres enfants travailler ou pense à ce qu’il a déjà fait ou va faire. Ne l’appelez jamais et ne le forcez jamais à faire autre chose.

– Aider ceux qui cherchent une activité et ne la trouvent pas. Aider ceux qui cherchent une activité et ne la trouvent pas.

– Ne vous lassez pas de répéter des présentations à un enfant qui les a déjà rejetées, en l’aidant à acquérir ce qu’il ne possède pas encore et à surmonter ses imperfections. Faites-le, en animant l’environnement avec soin, considération et silence, avec des mots gentils et une présence aimante. Faites sentir à l’enfant sa présence immédiate et cachez-la à l’enfant qui a déjà trouvé ce dont il a besoin.

– Traitez l’enfant toujours avec les meilleures manières et offrez-lui le meilleur de ce que vous possédez en vous et de ce dont vous disposez.

Dans la conception de Maria Montessori, l’éducation n’est pas un épisode de la vie : elle doit commencer dès la naissance et durer aussi longtemps que la vie elle-même. L’éducation est conçue par elle non seulement comme une transmission de la culture, mais plutôt comme une aide à la vie dans toutes ses expressions.

L’état d’anxiété impacte négativement le psychisme de l’enfant et le handicap à l’école et lorsqu’il essaye de faire d’autres activités.