Comment aider son enfant à récupérer ses mauvaises notes à l’école ?

Le moment est venu d’aider votre enfant à retrouver des notes faibles, à améliorer ses résultats scolaires et à passer l’année sans crise

L’aide des enseignants dans le processus d’apprentissage des enfants est aussi importante que le suivi des parents en ce qui concerne les résultats de leurs enfants aux tests, les devoirs et les travaux scolaires.

Si le bulletin scolaire de votre enfant montre des notes faibles, il est temps de chercher des alternatives – à l’école et en dehors de l’école – pour éviter que les revenus (et la confiance !) du petit ne diminuent. Plus que la recherche de coupables, il est important que les parents et les enseignants s’unissent dès les premières difficultés et qu’ils unissent leurs forces pour aider votre enfant à passer l’année sans crise. Voici 10 conseils pour suivre la vie scolaire de votre enfant et l’aider dans tout ce qu’il entreprend :

Créer une routine d’étude

Il est essentiel d’établir un calendrier quotidien des tâches, car cela contribue à la discipline de l’étudiant. Le temps nécessaire pour étudier varie en fonction du travail donné et du rythme de l’enfant. Pour les nouveaux, cependant, une heure par jour est plus que suffisante. Pour les plus âgés, deux à trois.

Chacun a son propre rythme

Ne vous attendez pas à ce que votre adolescent ait la même humeur que votre cadet le matin, car à la puberté, les changements hormonaux finissent par perturber le sommeil des jeunes, qui ont plus de difficultés à sortir du lit. Faites attention au moment où votre enfant est le plus actif et réservez-le à l’étude.

Pas de négociation

Cette histoire de rattrapage d’un après-midi d’études avec des cadeaux fait croire à votre enfant qu’il fait une faveur en étudiant pour récupérer ses notes, alors qu’en fait ces heures d’études font partie des responsabilités et des obligations de l’enfant.

Tous les enfants ne sont pas les mêmes

Vous rendez-vous compte que ce qui fonctionne pour un enfant n’apporte pas toujours de bons résultats pour l’autre ? Découvrez ce qui stimule le mieux les performances de l’enfant : lire à voix haute, prendre des notes pendant les études, griller les passages les plus importants… En général, les adolescents ont tendance à mieux mémoriser et comprendre en faisant des résumés des sujets, tandis que les enfants apprennent mieux en lisant le contenu à voix haute.

Organiser le domaine d’étude

Un environnement organisé, calme et un livre de bruits est fondamental pour que l’enfant puisse se concentrer sur ses études. L’idéal est de séparer chez vous un petit coin consacré uniquement au travail et aux questions scolaires, sans la tentation des jouets, de la télévision et des jeux vidéo. Si le lieu d’étude se trouve à la table à manger, par exemple, assurez-vous qu’il n’a pas d’autre fonction au moment de l’étude. Il est extrêmement important que la famille respecte le temps consacré aux études, en particulier l’enfant qui a de mauvaises notes sur le bulletin scolaire.

L’exemple, c’est vous

Il ne sert à rien de vouloir que votre enfant étudie si vous avez vous-même échangé le papier contre du jeu sur votre téléphone portable. Essayez de montrer à votre enfant l’importance de la culture, en l’emmenant se promener dans les musées, les jardins botaniques, les théâtres… En citant des cas de famille, d’amis et des exemples de professionnels qui se sont distingués sur le marché du travail grâce à leurs études, vous augmentez aussi la volonté du petit de vouloir apprendre de plus en plus.

Les combats ne mènent à rien

Les coups, qu’ils soient verbaux ou physiques, n’aideront pas votre enfant à régler le problème, et encore moins à faire baisser ses notes. Au contraire ! Votre enfant a besoin de sécurité, de tranquillité d’esprit et de fermeté pour comprendre que l’étude est une obligation et que vous n’êtes pas prêt à renoncer au temps consacré aux devoirs et aux travaux scolaires.

Les louanges sont nécessaires

Même si la conquête est petite, ne manquez pas de la louer. En validant les points forts de votre enfant, vous contribuez à son développement émotionnel, en particulier sa confiance et son estime de soi.

Cela peut sembler étrange, mais les enfants le ressentent lorsqu’ils déçoivent leurs parents, surtout lorsque leur bulletin scolaire est rempli de mauvaises notes. Essayez donc d’encourager le petit avec des phrases comme “tu peux”. Ce sont des moyens simples de donner à votre enfant le soutien émotionnel dont il a tant besoin.

Tutorat

Il n’y a pas moyen, jusqu’à aujourd’hui, que les adultes aient plus de difficultés dans certains domaines, qu’ils soient humains ou exacts. Avec les enfants, ce n’est pas différent. Si vous remarquez que les élèves ont de moins bons résultats dans certaines matières, demandez à l’école de leur donner des cours supplémentaires. Saviez-vous que le ministère de l’éducation (MEC) a l’obligation, pour les établissements qui participent au More Education Program (un projet visant à prolonger le temps passé par l’élève à l’école), d’offrir un soutien complémentaire aux élèves ? Et si malgré cela, les mauvaises notes continuent, allez suivre des cours privés, en plus de l’accompagnement d’un conseiller professionnel, en tant que psychopédagogue ou neurologue.

Et le jour du test…

Vous devez rester calme ! Montrez que vous croyez en la capacité de l’enfant et supprimez ce sentiment d’anxiété et de nervosité, en expliquant qu’il ne sert à rien que l’on étudie cinq minutes de plus avant le test. Veillez à ce que votre enfant ait une bonne nuit de sommeil, car cela contribue à son attention et à sa mémoire, en veillant à ce qu’il n’ait pas le fameux “blanc”. Et si vous appeliez pour souhaiter bonne chance à votre enfant quelques minutes avant la course ? Les mots d’encouragement sont essentiels pour montrer à votre enfant qu’il est capable et surtout qu’il peut toujours compter sur vous !

L’état d’anxiété impacte négativement le psychisme de l’enfant et le handicap à l’école et lorsqu’il essaye de faire d’autres activités.